Gwenaël Kerléo, harpiste et compositrice bretonne, choisit très jeune le chemin de la musique et de la composition. Enfant hypersensible, elle, elle ressent très tôt qu’elle a peu d’affinités avec le monde qui l’entoure. La musique sera son refuge. La harpe celtique son instrument.

Après quelques premiers pas auprès du harpiste Hervé Quefféléant (An Triskell), qui l’initie d’emblée à la composition, Gwenael Kerleo perfectionne la technique de son instrument au conservatoire de musique de Brest. 

Terre celte, son premier album de compositions originales, voit le jour en 1996, alors que Gwenael Kerleo n’a que 21 ans. De ce premier opus se dégage déjà un univers musical très personnel. Terre celte est salué par le public et la critique. Gwenael Kerleo a l’honneur d’être invitée par Daniel Caux sur les Ondes de France Musique. 

Au gré des rencontres et des inspirations, la jeune femme enregistre plusieurs albums et s’impose peu à peu comme l’une des meilleurs représentantes de la scène musicale bretonne. On la retrouve sur les plus grandes scènes de Bretagne comme le festival Interceltique de Lorient ou encore le festival des Vieilles Charrues !

Son talent lui ouvre également très vite les portes de l’international. Du Japon au Paraguay, en passant par la Hongrie, l’Allemagne ou en core la Russie, la sensibilité de cette grande artiste conquiert ainsi des milliers de mélomanes aux quatre coins du monde…

Parmi ses nombreux albums on retiendra Yelen (2003), seul album solo de l’artiste, et qui occupe une place toute particulière dans sa discographie. Dans cet enregistrement, d’une intimité extrêmement émouvante, c’est l’âme au bout des doigts que Gwenael nous offre toute sa sensibilité et sa virtuosité. C’est avec Yelen qu’elle gagne le cœur du public slave : de ses rencontres avec le public, la plus belle de toutes !

L’album Quai n°7 (2012) mérite également une mention particulière : dans cet opus, Gwenael Kerleo se dévoile comme chanteuse. D’une voix limpide et douce elle nous fait découvrir des joyaux poétiques superbement mis en musique !

En 2016, Gwenael Kerleo retrouve un nouveau souffle artistique. Sa rencontre avec le pianiste flûtiste Yann Crépin et la sortie de leur album La Déclaration marque les prémices d’un retour de l’artiste sur le devant de la scène. On retiendra notamment de cette période sa très belle prestation comme soliste aux côtés de l’Orchestre Symphonique de Bretagne

A l’aube de son grand retour, Gwenael Kerleo repose les bases de son identité artistique et compose actuellement les musiques d’un tout nouvel album en solo. Parallèlement, un projet de belle envergure avec l‘Orchestre Symphonique de Bretagne et le pianiste et compositeur Nobuyuki Nakajima (pianiste de Jane Birkin) mûrit tout doucement.

Gwenael Kerleo se rapproche petit à petit de son rêve : composer de la musique pour le cinéma …